fermeture
blossoming youth, a fermé ses portes, merci pour votre activité ! ♡

blossoming youth :: habitations
 
 [flashback] nothings lasts (jun)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


 [flashback] nothings lasts (jun) | Sam 16 Sep - 16:44



jun + nao

flashback; when it all fell apart

✧ ✧ ✧

Il y a toujours ce chahut dans l'hôpital. Les bruits, les voix. Tout qui se mélange et Nao qui se sent comme assommé. On lui tend un dossier, on lui offre quelques phrases avant de le laisser de se débrouiller. Direction une nouvelle chambre, un autre patient. Et c'est ce cycle infernal qu'il répète sans cesse pendant le service tout entier. Et lorsqu'il s'apprête à partir, on le rattrape. Un accident. Il y a un 'et merde' qui s'échappe d'entre ses lèvres et puis il se met à courir. Ce n'est pas comme s'il avait le choix. Il n'a pas même pas besoin de regarder la pendule. Il sait qu'il n'arrivera pas à temps. Dommage mais il n'y peut rien. Et il s'écoule bien une heure avant qu'on ne l'autorise à partir. Apparemment, ce n'était pas aussi grave qu'on l'aurait pensé. Nao, il est bien content de le savoir mais à défaut d'avoir vu des amputations, c'est lui qu'on a amputé. Enfin de son temps plus précisément. Boulot de merde, toujours quelqu'un pour l'empêcher de partir. Direction les vestiaires, il retrouve son portable. Message pour Jun. Ou de Jun. Il lit distraitement l'écran et il répond. Une excuse ou ce qui s'y paraît. Nao, ce n'est qu'un gosse. Il ôte finalement sa blouse pour retrouver forme humaine. Il redevient lui, un civil parmi les autres. Plus de devoir qui plane au-dessus de sa tête et puis il s'en va. Quitte l'hôpital pour un endroit bien plus luxueux. On verra pour la charmante compagnie. Faut dire qu'il a plus d'une heure de retard alors il ne s'attend pas à un accueil chaleureux, ni à un sourire joyeux. Ce n'est pas son style, ni le leur. Rien de niais entre eux; Et le trajet lui paraît comme tous les autres. Ni court, ni long. Il quitte le métro pour retrouver l'air frais, la nuit noire. Il est définitivement bien en retard mais Nao, c'est pas le genre à se presser non plus. Prince sans couronne. Il reconnait l'immeuble au loin et c'est le même cinéma que les autres fois. Il est obligé de se présenter face au moniteur et d'attendre qu'on daigne lui ouvrir. « C'est moi. » lance t-il. Et miracle, on lui ouvre. Aucune réponse ou presque. C'est mécaniquement qu'il prend l'ascenseur, qu'il vient pousser la porte et entre chez Jun. Quiconque aurait pris peur mais pas lui. Jun est assis, imposant même sans être debout. Il y a son regard perçant qui semble le scruter. Et Nao, il ne dit rien. Enfin, il se contente de poser ses affaires et de s'avancer vers lui. Ils ne se sont pas vus depuis quelques jours. Trop occupé, Nao bien sûr. Et puis Jun et lui, c'est une relation qui est venue on ne sait pas comment. L'amour, non. C'est insensé, c'est juste sans sens. Il vient s'asseoir sur ses genoux, quitte à se faire dégager. « T'es en colère ? » Il soupire. « Il y a eu un accident, on m'a dit de rester. » Il lui sourit. « Je t'ai manqué ? » Nao, toi aussi tu sens que c'est la fin. Comme un sale pressentiment parce qu'au fond, ils savent tous les deux que cette relation; c'est loin d'être la folle passion.










☆★ i'll give you my
everything babe ☆★
Revenir en haut Aller en bas


 [flashback] nothings lasts (jun) | Lun 18 Sep - 20:54



jun + nao

flashback; when it all fell apart

✧ ✧ ✧

il te repousse pas, il t’embrasse pas non plus. dans le cendrier, les poussières sont déjà froides : il a attendu. mais jun n’aime pas attendre. pourtant, il te laisse t’installer sur ses genoux, comme si c’était normal, il te laisse lui sourire éhontément, comme si c’était bien. la nuit est déjà tombée, pourtant il n’a pas songé à allumer la lumière. ennuyé, ennuyeux. c’est fâcheux, nao.

ça ne devrait pourtant pas l’être tant, puisque ce n’est pas de l’amour, c’est pas ça l’amour – et il ne reste entre vous que le résultat de vos égos surdimensionnés. la fumée qu’il laisse filtrer entre ses lippes pour t’accueillir n’a rien d’agréable, et lui arrache un sourire narquois. « pourquoi je serais en colère ? » il se fait mielleux, vicieux. il veut t’entendre, t’entendre dire les mots. il laisse son mégot tomber dans le cendrier, peut-être à côté, peut-être même que quelques cendres échouent au passage sur tes vêtements – il n’y prête pas attention – et glisse une main à la base de ta nuque, les doigts qui viennent se perdre dans quelques mèches de tes cheveux. ses pupilles viennent scruter les tiennes, soutenir ton regard sans honte. tu n’as aucune raison d’avoir honte, pas vrai ? il hoche patiemment la tête, comme s’il était satisfait de ta réponse, de ton excuse.

on n’échappe pas à jun, on ne le quitte pas non plus. jun suit ses propres règles, n’aime pas mais possède et déteste qu’on croit pouvoir lui filer entre les doigts. il s’enfonce finalement dans le fauteuil, rompant brutalement la proximité soudaine entre vous. son sourire qui était resté en suspend jusqu’à ton ultime question, s’attarde encore une seconde avant de s’affaisser. « et pourquoi tu m’aurais manqué ? » il appuie sur les dernières syllabes avec quelque dédain dans la voix, quelque chose de détestable, méprisant autant que méprisable. il arque légèrement les sourcils, dans une posture insondable – est-il, au moins, sérieux ?

d’un bras, il te repousse pour se redresser. il saisit sur la table basse une cigarette et son zippo qu’il bat deux fois avant d’en faire jaillir la flamme. « t’en veux une ? » il te regarde à peine, tu n’es déjà plus là depuis longtemps, et indique simplement le paquet d’un geste du menton. ses pas retentissent dans l’appartement comme une marche funèbre, la votre. quand il s’adosse à un pan de mur un peu plus loin, il laisse son regard couler contre toi, contre ton ombre et tire quelques taffes encore avant d’étirer à nouveau ses lippes. « nao. » trois lettres qu’il détache avec aisance, mais sans douceur. « pourquoi t’es venu ? »

et la question est lourde de sens, tu le sais aussi bien que lui. et les réponses, il les connait certainement déjà, mais il a ce désir, qui frôle la malséance, de t’entendre le dire. pourquoi es-tu venu, ce soir encore, alors que tu n’ignores pas non plus que cette relation s’essoufflera bientôt, non, non-
s’est déjà essoufflée ?








Revenir en haut Aller en bas


 [flashback] nothings lasts (jun) | Sam 14 Oct - 21:14



jun + nao

flashback; when it all fell apart

✧ ✧ ✧

Nao, audacieux. Lui qui cherche, vient s'asseoir sur les genoux de Jun. Il devrait pas jouer avec le feu et pourtant. Il s'approche, le tente. Le diable. Il sait que c'est voué à l'échec, à des sous-entendus et à la porte qui claque. Mais il le fait quand même. La fatalité, il a décidé de l'assumer. Et ses lèvres se mouvent. Des questions, des réponses. Des mots, balancés comme ça. Sourire qui n'a pas de sens. Surtout lorsque la lumière reste éteinte. Pourtant, Nao voit. Entend aussi. Pourquoi je serais en colère ? Ton mielleux, ça lui arrache un soupir à défaut d'un autre sourire faussé. Jun, vicieux. C'est un jeu et il le sait. Le mégot, il retombe dans le cendrier. Les cendres, elles, virevoltent un peu partout. Nao, il les voit qui s'échouent. Sur lui, ailleurs. Il pourrait presque en faire la moue mais ce n'est pas l'heure. Il y a la main de Jun qui glisse. Glisse à la base de sa nuque. Des frissons, il en aurait bien. Et puis les doigts dérivent eux aussi. Mèches torturées - ou pas . Leurs yeux qui se croisent, la fierté parce qu'ils soutiennent leurs regards. Aucun ne cède, pour l'instant.

Et les banalités s'écoulent. Jun qui hoche la tête, fait mine de s'intéresser. Belle mascarade qu'ils jouent. Et s'ils sont proches, tout change. Jun qui s'éloigne, se renfonce à nouveau dans le fauteuil. Y'a comme un mur entre eux. Invisible mais bien présent; peut-être parce que ça n'a jamais été de l'amour. Et il y a une réponse. Pourquoi tu m'aurais manqué. On se le demande. M a n q u é . Démon, il appuie. Marque ce mot aussi fort que possible. Et dans la tête de Nao, ça fait comme un écho. Horrible, insensé. Ouais, c'est vrai. « je sais pas. » Sourire faux; mais fallait bien répondre. Question d'égo, de défi. Puis Nao, il aime avoir le dernier mot.

Il le regarde. Cherche à sonder ses yeux noirs. Malgré les quelques rayons de lumière, il en voit pas la couleur. Il ne sait pas ce qu'il pense et il ne l'a jamais su. Mais Nao, il n'a pas le temps de se questionner. On l'envoie valser. Il vaut pas mieux qu'une clope et un zippo. I n s i g n i f i a n t . Il regarde la flamme, ignore la question. Ce n'est que pour meubler, pas vrai ? Ils n'existent plus. Et il regarde Jun qui fuit. Il écoute le bruit de ses talons qui martèlent le sol; clac clac clac. Et ça continue, enterrement de leur idylle. Le voilà qui s'adosse à un pan du mur et Nao qui l'observe. Le détaille et il se rend bien compte qu'il est déjà loin. Surtout lorsqu'il sent son regard sur lui; entend son prénom. Les trois lettres balancées comme ça. Et puis l'interrogation.

Ils savent.

Nao s'approche. Mauvaise idée mais il n'a jamais pris les bonnes décisions. « L'habitude sûrement. » Il lui arrache la cigarette des mains; la porte à ses lèvres un instant. Et la fumée, ils se la partagent. Il la lui redonne sans plus attendre. « Pourquoi pas après tout ? » Et il y a son corps qui vient se presser au sien. Ses lèvres qui glissent dans son cou. C'est mort, mort. Mais il persiste sans aucune raison. Et ça se finit en murmure. « J'aurais pas du ? » Ils connaissent tous les deux la réponse. Surtout lorsque le baiser de la mort est donné; quand Nao vient poser ses lèvres sur les siennes. Il le sait, il le sent. Jun est loin même en étant si près. Il en rirait presque.

Ils sont le néant,
a n é a n t i s .










☆★ i'll give you my
everything babe ☆★
Revenir en haut Aller en bas


 [flashback] nothings lasts (jun) |



Revenir en haut Aller en bas
 
[flashback] nothings lasts (jun)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» Flashback !!!!
» Galerie graphique.(Artwork et autres)
» [Résolu] Bruitage Flashbacks/Rêves
» You arrived at Panic Station... ♫ [FLASHBACK Viclympe]
» mensonges et faux-semblants (sinbad - flashback)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: