fermeture
blossoming youth, a fermé ses portes, merci pour votre activité ! ♡

blossoming youth :: welcome homeAller à la page : 1, 2  Suivant
 
 écrits carmins // suhim
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


 écrits carmins // suhim | Jeu 31 Aoû - 18:25

ji suhim
nom, prénom: Ji joliment isolée en terme ji coréen d’origine, loi de la vie suhim signification d’or pour ne frôler la vérité à l’odeur d’enfer, souffrance d’une bonne augure énoncée, prénom donnée par amour de l’écrit et des lettres qu’on a malgré tout refusé de lui transmettre.naissance, âge: né au japon dans les premiers moins de l’année, surprise et amuse toi dans ta maudite destinée pauvre enfant –- vivant au japon depuis ses 26 années de liberté faussée ((à l’image magnifiquement outrée !)) origines: coréenne du père, d’où le nom qu’elle refuse chaque matin par sa désolation ; malgré la mère japonaise, elle fut implantée d’un prénom de cette même origine dont elle s’importe. signe: verseau ; seau d’aveux à vider de toute urgence. statut civil: célibataire, l’attirance guidant l’être dans ses instincts affirmés ; elle apprécie la vie autant que la vie le veut. Oubli du regard porté vers quelque chose d’alarmant. orientation: pourquoi s’enfermer dans des idées quand on peut tout incarner ? occupation: elle fait officiellement  sa sixième année de droit, l’officieux ne se déclare point –- danger électrisant son être dans la haute hiérarchie mafieuse et la trahison de tout les terrains. Comment mêle elle les deux ? On ne sait, on cherche ses heures de sommeils  situation monétaire: vivre sur la poudre d’or entourant les chocolats suffit à l’amertume ; elle n’aime pas le chocolat. Argent donné argent volage argent qu'elle ne peut que détester ; elle se fait sa propre monnaie dans le sang de la contrée. un péché mignon: son vieux dictionnaire, l’inséparable. une peur: la peur d’être constamment inutile, la peur d’être attrapée dans ses multiples identités,  la peur de la mort et la peur de la vie ; la peur de ne jamais être vivante d’une autre manière que par sa violence.  une sucrerie: Un baiser, ça remonte le moral et les pensées une boisson: le champagne rosé dans les soirées mondaines, elle l’idole autant que l’amant futur avec qui elle le partage. groupe: momo ; par le mot tiré dans le merveilleux
d i c t i o n n a i r e.
   
lisezlesmotsdudictionnaire

Conchoïde ; poétique ; pli : répétition ; effacé ; destin ; sagesse ; cofacteur ; myriade ; fripon ; mirage ; jobarderie ; stellaire ; méfiance ; méduse ; suture.

((16 mots, 16 années))

C o n c h o ï d e ; courbe
Obtenue à partir d’une autre courbe
Menant d’un point extérieur des sécantes à cette courbe
C’est un ramassis de courbes, suhim
Rien n’est carré, rien n’est prédit
Suhim, elle voit la vie d’une manière si
P o é t i q u e
Élancée en ces vents, magnifique rose
Intrépide, hilare, un brin nostalgique
Elle affronte le danger en l’aimant
Parce que le danger
Quand on vit avec
On ne peut s’en défaire
C’est gravé dans ta peau à jamais
Multiples antipodes
Suhim, elle s’est définie en piochant ces mots dans le dictionnaire
Quand elle n’avait plus rien à perdre dans sa belle survie
Suhim, tu as aussi prit la définition du mot
P l i
Rabat d’une matière souple sur elle-même, formant une double épaisseur
Dans l’enfer, c’est le pli, suhim
Elle le sait et ne s’en plaint pas, elle cache le fait que l’enfer soit trop long
Si long
Qu’on ne voyait ses mains noyées dans les larmes autrefois
Alors, suhim, elle fait un pli, elle sauve les âmes, les airs
Elle continue de piocher dans le dictionnaire
R é p é t i t i o n
Ah, elle aimait bien, la répétition
Elle ne remet pas ce trait en cause, elle dit qu’une fierté cache les faiblesses
Alors, les erreurs elle les répète sans cesse
À coups de piques cyniques, moitié hilare moitié sombre d’une mort qui plane
Et puis, suhim elle aimerait être éternelle
Elle voit les mots, elle les répète comme le refrain d’une chanson ; le moins intéressant au centre comme elle dit
Ou les paroles bateau des chansons de loveurs
Elle n’aime pas ça, d’ailleurs
Les paroles vides, les paroles dites pour charmer
Charme par l’aura ou dégage, tel est le précepte
Elle capture tout à l’aura, suhim
C’est les écrits, les photographies parlant en son être ; l’émotion qui la traverse
Elle vit par les mots choisis dans le dictionnaire, marqués sur sa peau de marbre en gras
Et puis, elle répète à la nostalgie aussi suhim
Les souvenirs, c’est pas mauvais, ça pourrie pas l’esprit
Un souvenir, c’est beau
Et un traumatisme est encore pire quand il est
E f f a c é
Suhim ; amnésique, elle oublie au fil du temps et en pleure seule parfois
Avec la brutalité comme seul refuge
Mais suhim, c’est aussi une douce énergie ; entière par sa fierté, un petit égo joué parce qu’elle le vaut bien
Du répondant absurde, des mots piégés dans le dictionnaire qu’elle énonce aux inconnus
Elle aime se dire que le destin choisit ses mots
Choisit sa vie
Elle croit au d e s t i n, suhim
Si elle a une telle vie, c’est sa faute. Elle a du maudir dans une vie antérieure, elle ne sait pas mais voit la vie d’en haut, l’enfant !
S a g e s s e ; mystère quant à sa fonction, à son apparence, en ses airs. Suhim, c’est le souffle court qu’elle s’approche, que le reflet de son regard rend ton corps affreusement terrifié
Malgré son jeune âge, elle pue le vécu
Elle se donne des airs parfois, c’est vrai, parce qu’elle adore te répondre
Elle s’en fout, elle vie la « vie », un brin vulgaire malgré l’âme de poète
Amusée, elle piochait un autre mot
C o f a c t e u r ;
Facteur qui agit conjointement avec d’autres
Ah, c’est vrai qu’elle s’est adaptée à ce mot, suhim
Elle observe les gens d’une manière si intéressée
Elle vit surtout pour ceux autour
Parce qu’ils apportent le bien, le mal, l’enfer ou l’utopie d’un joli monde
Elle ne se définit même plus comme un facteur dans ce grand monde
Elle se considère comme un co, un être divisé par deux
Elle n’est pas grand-chose
L’estime est si basse qu’elle n’est plus un être humain, mais le pli répété d’un putain de co-facteur !
Elle n’a rien fait, dans sa vie, au final, elle s’amuse simplement avec les jeux qu’elle possède. Mais elle ne mérite rien de bon, selon elle.
Elle se sent inutile, si inutile. Si laide, si laide
Si rien , si rien du tout !
M y r i a d e
Quantité immense et incommensurable
Quantité de quoi ? Elle trouvait difficilement d’idées à cela
Myriade de malheurs
Myriade de cœurs
Myriade de valeurs
Myriade de mœurs ?
C’est beau comme mot, myriade, une consonance mystique
Suhim, elle est un peu mystique, un rêve qui s’enfuit, puissamment fragile dans sa grande gueule
Parce qu’elle ne croit pas avoir le mérite d’un amour, au fond
Suhim charme inconnu, suhim mystérieusement emplie d’a t t i r a n c e –nouvelle valeur acquise après cet accident n’est-ce pas-
Par les courbes physiques, épatante, l’amour du style affirmé et artistique
Et puis, ce sourire fin, étiré, attiré fait de l’œil
Sourire au coin
Tu l’attires, elle voit une perle à la vue de ton être
Perle d’émotions
Perle d’originalité
Ça frappe la dame
Elle attire quand elle est attirée
Sinon, on ne la voit qu’à peine
Musique dans un coin en temps libre, contraste avec sa fonction qui prend du temps aussi
F r i p o n – elle a décidé de se cacher derrière ces airs, quand elle panique
Malicieuse, rieuse, tout est drôle dans l’ironie
Mais demain, tu ne la verras plus
Parce qu’elle est lâche en émotions
Elle n’est bousculée que par cette attirance créée telle une peinture
Et deux minutes plus tard elle ne sera, pour toi plus qu’un
M i r a g e.
Elle fuit la j o b a r d e r i e ; trait qu’elle hait
La naïveté, la crédulité c’est abandonné avec l’enfance rêvée ! Suhim elle sait, elle sait qu’en tant que rien elle ne peut se faire manipuler
Se faire berner par les promesses ça pue, ce n’est plus une possibilité.
Mais, malgré tout elle a apprécié le mot
S t e l l a i r e ;
Tête éloignée dans les étoiles
Elle aime rêver seule, avec nostalgie d’une enfant ayant eut un style rouge
De ce stylo rouge qui aurait changé sa piètre vie
Alors, se réfugiant dans son dictionnaire elle illumine ses « enfants »
Ses enfants qu’elle aime d’une passion chaleureuse
Avec une certaine possessivité, une protection sans faille
Une véritable mère n’aimant la nouveauté
Par sa grande et douloureuse
M é f i a n c e ; mot si merveilleusement tiré !
Méfiance requiert une certaine sauvagerie
Sanguinaire dans l’autre élément
Véritable contraste, bien trop alarmant
Démone lors des nombreuses nuits
Qui la reconnaîtrait ; trop connue des ennemis et trop respectée des amis
On entend au loin chaque gouttes des actes odieux de la
M é d u s e
Qui immortalise l’instant d’un coup sanglant
Tout dépend du moment, de la mélodie martelée par son écouteur et de son curieux dictionnaire !
Tout hurle alors à ses pieds boum boum boum de terreur de malheur de supplication mais à ces moments elle n'entend plus rien, la haine de n'avoir jamais été vue par le monde lui ordonne de commettre les pires actes imaginés ; frapper avec le rire le sourire cruelle musique boum explosion boum illusion boum une mort de plus à la con !
odieuse diablesse qu'on nomme dans le tremblement, les ennemis se tueraient pour avoir sa honte et sa tête
(( elle a eut trop de chances dans ce monde et se sent presque invincible, s’autorise tout ))
(( trop de chance tuera la chance un jour, voyez-vous))
La mère, à l’époque du tirage de son identité gardait en Spleen le mot
S u t u r e (pseudonyme de l'enfant dans ce monde mafieux qu'est sa maison à présent)
« Réunion à l’aide de fils de lèvres d’une plaie »
Sans anesthésie, une véritable torture réunissant l’ensemble des mots
Réunir les plaies par un fil, fil de lin de soie de cuivre de fer de souffrance
Hurlant par le manque de moyen, par son manque d’importance dans les cœurs
Un véritable fantôme, suhim
Un fantôme n’a pas de plaie
Un fantôme n’en a pas le droit
Un fantôme est mort en naissant
Un fantôme n’a pas d’identité
En outre, tu ne sers à rien
Et tu seras seule à jamais
Suhim.
   

elle déteste les choses sucrées, ou les aliments trop gras ; elle n'arrive pas à les digérer. ❀ un baiser est, pour elle, plus sucré que n'importe quel sucrerie et adore simplement embrasser une personne qui l'intéresse ❀ elle avait un véritable talent au piano, elle avait apprit les bases avec des vidéos et se trouvait aussi douée que son géniteur ; la mère a prit peur, et l'a forcé à arrêter ❀ elle n'apprécie pas les animaux. Simplement. Elle trouve cela trop peu attirant. ❀  elle est d'ailleurs attirée par les personnes emplies de pouvoirs et de classes, des personnes ayant un contrôle et une aura qui perturbe, fascine ❀ et pourtant, elle s'étonne de la bassesse de son goût, obsession qu'elle se force à oublier ❀ elle se sent trop maigre trop laide trop répugnante trop tout ; elle éprouve une véritable hantise envers son propre corps ❀dès qu'elle se questionne sur quelque chose à faire ou penser et qu'elle n'a aucune solution, elle pioche un mot dans son dictionnaire ❀ elle pioche toujours tout dans le dictionnaire, c'est une sorte de protection si  l'on peut le définir de la sorte ❀ elle possède un cercle d'amis très fermée où elle est une véritable mère poule ❀ c'est, par ailleurs, la mère du groupe ; la place parfaite ❀ elle ne dirait jamais à ses enfants son appartenance au cercle mafieux, elle en a trop honte ❀ elle était présente lors d'une soirée qui a mal tourné, incendie et pertes de trop de choses. Elle se sent coupable, d'une certaine manière. De n'avoir pu protéger ses chers enfants.
dans son esprit, de toute manière
elle a toujours été coupable de tout les maux, suhim.
mari
personnage inventé
bsr, ici repose une sialeuse
j'te tartine la tête à la confiture
j'caresse les poils de bras
et j'enlève les perruques.
bises.    
( feat. ni ni)


Revenir en haut Aller en bas


 écrits carmins // suhim | Jeu 31 Aoû - 18:25

stylo rouge
( j'aimerai pouvoir penser chers parents )
vie en soie rouge ou lin sanglant - 1





- J’ai le stylo lourd
- C’est qu’il est rouge
- la richesse qui pèse
- économies lointaines
- marque mondaine
- amour en sang ?
- juste lourd comme ce stylo, le sang.
- les mots, c’est mieux que le sang.
- mais le stylo c’est lourd à porter
- comme les pensées
- les paroles
- la main qui pèse
- c’est la mort ça ma fille, la mort !

Pièce lancée dans le bassin
Elle fit le vœu d’avoir un stylo rouge
Avoir la main qui pèse
Voir la mort au loin
Sans qu’elle ne vienne chercher
Le bonheur éparpillé.
(au prochain Noël sûrement)
(maman t’avait dit à Noël, à Noël)

------------

- Les mots, c’est dur. Ca brise en trois.
- Touche du bois.
- Pardon ?
- Essaye pas de penser, c’est pas pour toi.
- Désolée.
((papa))

envie de penser
j’ai envie de penser
ce n’est pas pour toi
ce n’est pas pour moi ?
C’est pour les talentueux
C’était que pour elle
Je ne salirai plus son nom avec mon égocentrisme
Désolée
Si désolée
Je ne vais plus déranger
((papa))
encore désolée
mais le stylo rouge n’arrive pas
désolée d’en souhaiter un
désolée
si
désolée
((maman !))

---------

- J’me troue le corps

À vivre
À mourir 
À dépérir
Faut qu’ils oublient
L’enfant peu souhaité et
Scindé en trois.
La musique triste, une douleur au piano
Papa
Je te vois


- T’as pas hérité de ta mère, toi.

Papa
Je sais

C’est ancré
Dans le peu de mes pensées.

- Ni de moi, d’ailleurs.

Étranglé
Refoulé
La tristesse, c’est aussi lourd
Qu’un stylo souhaité.

- On s’est trompé de bébé à la naissance, ou quoi ?

Il rit.
Vin à la main ; mot à pleins.

Inutile suhim
Trop maigre suhim
Traits trop évincés
Ou trop bruts
Peu originale
Sers à rien
Trop laide
Ressemble à rien à personne
Inutile
Inutile
Personne ne t’aime pour de vrai
T’es trop frêle
Et trop trop
Laide sacrebleu
Les mecs coucheront avec toi plus tard
Juste pour se vider quand y’aura rien !


- Ahah, désolée pap-
- J’ai un appel.

((appellation affective écorchée, c’est si insupportable de l’entendre ?))
J’aimerai être à la hauteur
De l’amour de quelqu’un
Vous avez raison, je suis un tel poids
Enfant non désiré
De trop dans un couple parfait et passionnel –
Ce couple fou d’artiste ne vivant point sur l’or
Je ne mérite pas l’amour
Désolée de briser ta vie si magnifique
Papa.
   

   plonger dans l'enfer des mots - 2




- Pour le lycée, un cadeau.

Maman rentrée du travail pour la nourrir
Maman si réfugiée au bureau qu’elle a oublié la couleur de ses yeux
Sa maman qui lui offre un
C a d e a u ;
La laissant baignée dans l’isolement
Papa a pas supporté de l’élever seul paraît-il
Il s’est enfuit ; encore une fois c’est la faute à la fille
Infectée et murée
Dans le doux silence.

Elle feuillette alors le cadeau.

- Merci, maman.
(( j’ai oublié le stylo de depuis longtemps, qui tiendrait ses paroles pour moi ?))

Serrement, passion
Elle ne peut penser mais peut perpétuer l’art des mots
Les mots, c’est un choix
De vision
De construction
Dictionnaire, dis-moi.
Que suis-je ?

-------------

Papa partit du jour au lendemain
Maman noyée dans le chagrin, avec son stylo rouge
Elle sort des chefs d’œuvres de torture
Acclamée, payée grassement
Écrivant son malheur
Connue nationalement pour son manque
Mais, maman
Je suis la, maman.
Tu ne me vois pas ?

((elle déclame sa solitude, sa maman))
Le son du piano traduit la douleur de l’enfant
Celle que personne ne veut entendre
Accompagnée par le dictionnaire
Fille inutile, fille poupée et maudite
((16 ans))
(( elle avait 16 ans ))

----------------
- j’crois que personne ne veut de toi
- je pue la fusion.
- la fin
- la mort
- c’est lourd
- et pourtant, j’ai pas de stylo rouge.

((mêmes les mauvais contacts l'ont pressenti dans tes légers dires suhim))

---------------

maman a martelé de coups le piano dans le jardin
elle disait
c’est pas pour toi suhim
y’a que les cons qui font de la musique
joue pas avec ça, sors dehors
et rentre quand tu veux, suhim.
----------------

- pourquoi tu fais ça ?
- monde de l’ombre
- monde de paix ?
- j’crois que c’est ça.
- le monde où on te voit pas
- sauf si tu gagnes
- tu les brises tous
- tu les détruits
- on te verra oui on te verra suhim
- mes écouteurs j’vend j’prend et plus si j’suis bien
- bienvenue chez nous.

((j’fume pas ce que je vend))
((le dico a dit non, il a dit non !))
((et t'es montée tellement haut, suhim))

-----------------

- Bonnes notes ?
- j’ai rencontré des gamins
- Si les notes sont bonnes, ça va.
- si mignons, ces gosses
- Pas de sales choses sur le bulletin.
- trois garçons, une petite, quatre déjantés
- Il ne faut pas faire honte à sa mère avec des reproches.
- ils respirent l’innocence, c’est fou
- Les études, c’est essentiel.
- je les aime beaucoup.
- Seules les études ne t’abandonneront pas, les gens autour de toi, si. Tous.

Je le sais bien, ça
Sinon, désolée
Je vend encore et encore des saletés
Je crois que je frappe même trop fort
Si tu le savais, tu aurais si honte
Désolée
Maman.

---------

- nini ?
- une furie, c’est une
- bonté divine
- née avec le sang j’crois, j’sais pas si elle aime ça ou non mais elle est
- toujours avec son petit groupe, c’est
- la meuf derrière, brune sexy avec ses écouteurs, elle attend que ça monte, elle attend
- l’heure des cours, toujours à l’heure, si sérieuse
- elle est montée dans le gang en deux secondes
- sa mère l’a bien éduqué, elle ira en droit facilement
- la cherche pas, elle te détruirait les membres, elle a pas de limites
- parce qu’elle dit vouloir une belle carrière :
- -déchaînée, sans pitié, j’connais pas sa motivation mais
- elle est si passionnée, cette enfant !


-----------

S E C R E T
Mot de l’ami dictionnaire
Enterrer les horreurs de cette nuit
Les crépitements, l’alcool trop fort
Les erreurs de tes « enfants »
De ton « enfant »
Si détruite
Mais personne n’écoutera ses maux.
Aide, Suhim.
Tu ne sers qu’à recoller les pots ou faire des plis, Suhim !

- Pioche la vision de ta douleur

Tendre l’objet médicament à son gosse amoché par le destin

- Dans mon dico.

Pauvre sourire de plomb

- Je le fais avec toi, avec foi mais sans loi gamin.

Ouvrir l’ouvrage abîmé de son côté, abîmé par quelques larmes échouées.
Un rire tinte,
Surprise.

«  a t t i r a n c e. »

---------------
Pioche encore et encore ta vie
Afin de ne pas être bouffée !
Cache tes vies indéfiniment
Pour ta mère
Pour tes enfants
Pour qu’ils n’aient pas honte
De ce stylo que tu essayes d’oublier par les crimes, malheureuse !

--------------

- Vous ne pouvez continuer des études de droits avec ce que l’on a découvert
- mon dico…
- Votre appartenance à cette organisation est bien trop importante
- aaah, les pages sont abimées, c’est lourd, et pas de stylo hein
- Mais si vous collaborez avec les forces de l’ordre en toute discrétion, vous terminerez vos études en paix.
- pourquoi toujours des mots en « a »…
- Pardon ?

«  A N A R C H I E » ; État de désordre, de confusion dans un domaine d'activité, du fait de l'absence de règles, ou de leur inobservation : Anarchie économique, monétaire.

- La proposition me va !

Comme l’a dit sa mère ; seuls ses travaux ne la perdront jamais
Alors elle finira seule, cette sale chose
Autant trahir les congénères, n’est-ce pas ?

----------------
dix années
dix années où les penchants sanguinaires se sont affirmées
dix années de servitude parfaite, de confiance et de grade offerts
elle gère une branche entière de l'organisation avec un proche de ce monde
c'est la terreur à l'âme dont le pseudonyme alimente les conversations, à la limite de la légende humaine pour cette vie si particulière qu'elle possède
envie ?
seul son propre groupe ;
les autres pourraient tous lui arracher les membres et les lancer en trophées dans les ruelles
et elle le sait, suhim.
----------------

appréciation du mot choisit, de l’attirance pure
elle aime les auras qui ne mentent pas la nuit, suhim
entre sangs, jolies soirées mondaines et révélation aux uniformes, elle déplore
un charme qu’elle-même ignore !
Jeu d’acteur, illusion d’optique ; un homme parmi tant d’autres est fixé telle une œuvre d’art
Par sa classe, sa richesse d’esprit, son éloquence élégante et d'autres termes. Dans ces grandes soirées mondaines où elle est souvent invitées, seuls les plus cruels du domaine mafieux y baignent en riant innocemment
elle y collecte les amants en plus d'autres lieux

((elle oublie aussi cette attirance grotesque pour l'un de ses ""enfants"" qu'elle possède depuis quelques mois ; une habitude qu'elle n'a pas, qui agace et qui ronge
morale, quand tu nous tiens))

elle essaye donc de vivre le monde, suhim.

- vous êtes beaux
- Je vous retourne le compliment.
- attirant même
- C’est flatteur.
- et général
- Faire connaissances
- en quelques soirées ?

Répéter, inlassablement.
Elle a aussi tiré ce terme
Et, résignée
Elle a arrêté d’espérer.
Ce stylo rouge,
Elle ne l’aura jamais, Suhim.


Revenir en haut Aller en bas


 écrits carmins // suhim | Jeu 31 Aoû - 18:25

la blg a écrit:
Alors, se réfugiant dans son dictionnaire elle illumine ses « enfants »
Ses enfants qu’elle aime d’une passion chaleureuse
Avec une certaine possessivité, une protection sans faille
Une véritable mère n’aimant la nouveauté



Revenir en haut Aller en bas


 écrits carmins // suhim | Jeu 31 Aoû - 18:28

Ji Suhim a écrit:
si j'vous respecte ?
non.

ALORS LA



BIENVENUE MORTE
NI NI
SHOOK
MAIS PAS DECUE



Revenir en haut Aller en bas


 écrits carmins // suhim | Jeu 31 Aoû - 18:34

bon
le respect ça va dans les 2 sens
donc jte respecte pas non plus


Revenir en haut Aller en bas


 écrits carmins // suhim | Jeu 31 Aoû - 18:38

outrée

Revenir en haut Aller en bas


 écrits carmins // suhim | Jeu 31 Aoû - 18:52

.

Revenir en haut Aller en bas


 écrits carmins // suhim | Jeu 31 Aoû - 18:59

Ji Suhim a écrit:
si j'vous respecte ?
non.


BON SINON T'ES GRAVE BONNE AVEC NI NI OKI JVAIS PAS DIRE LE CONTRAIRE
BIENVENUE SUR BY MA BELLE AKA CHEZ TOI
DU LOVE COURAGE POUR LA REDAC BEAUTEY ET HÂTE QUE TU M'ARRACHES MA PERRUQUE AVEC TA PLUME




midnight.

Revenir en haut Aller en bas


 écrits carmins // suhim | Jeu 31 Aoû - 20:08

kiba -

clem - JAMAIS DECUE TKT :emu

marine - c'est l'amour vache tout ça

ems - t'es qui ?

kass - jtm toi

eiji - MERCI BIEN
JE SAIS NI NI EST MAGNIFIQUE JE CRAQUE TOO
MERCI BIEN, ET J'SUIS TOUJOURS LA POUR ARRACHER TA JOLIE PERRUQUE, CE SERA AVEC JOIE

Revenir en haut Aller en bas


 écrits carmins // suhim | Jeu 31 Aoû - 20:12

pardon ?

Revenir en haut Aller en bas


 écrits carmins // suhim | Jeu 31 Aoû - 20:36

jtm

Revenir en haut Aller en bas


 écrits carmins // suhim | Jeu 31 Aoû - 20:58

mdr j'crois j'vais te laisser solo dans l'love

Revenir en haut Aller en bas


 écrits carmins // suhim | Jeu 31 Aoû - 21:01

vilaine.


Revenir en haut Aller en bas


 écrits carmins // suhim | Jeu 31 Aoû - 21:21

Ueda Hiroshi a écrit:
mdr j'crois j'vais te laisser solo dans l'love
j'dois m'aimer moi-même ? ça me va
la bise alors bb

hinata - oooh, toi.

Revenir en haut Aller en bas


 écrits carmins // suhim | Jeu 31 Aoû - 23:48

ah bh enfin je suis sur la page 1
mon honneur est (presque) sauf

Revenir en haut Aller en bas


 écrits carmins // suhim |



Revenir en haut Aller en bas
 
écrits carmins // suhim
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Quizz géographie
» Textes et écrits
» Fermeture de forum / pas de possibilité de récupérer nos écrits
» css pour les écrits des double quote

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: