fermeture
blossoming youth, a fermé ses portes, merci pour votre activité ! ♡

blossoming youth :: welcome home
 
 (red sun)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


 (red sun) | Dim 23 Juil - 17:54

mori eiji
nom, prénom: 森 mori, patronyme dont il n'aime la mention, quatre lettres enchaînées à son passé qui continue de le hanter ; misère, dettes, quasi pauvreté qui l'ont fait devenir ce qu'il est aujourd'hui, un être qui le révulse. 永次 eiji, l'éternité c'est ce que cela signifie ; l'ironie du nom, l'impression que son existence est une éternité de souffrance. naissance, âge: pays du soleil levant japon, ville qui ne sort jamais tokyo ; l'année 93, un certain 14 février, journée de l'amour pour certains, journée de deuil pour d'autres puisque sa génitrice est décédée en lui donnant naissance. eiji n'aime ainsi pas souhaiter son anniversaire et prétend toujours ne pas se souvenir de la date. origines: yura, sa tendre mère coréenne, qu'il n'a jamais pu connaitre mis-à-part au travers de souvenirs racontés par son père japonais, un métissage dont seul eiji est au courant et qu'il continue de cacher aux autres. signe: verseau, indépendance, liberté de penser, originalité, non-conformisme, éphémère. statut civil: l'organe battant dans sa poitrine inatteignable depuis toujours, un premier amour qui n'est jamais venu, comme si la fonction "tomber amoureux" avait un dysfonctionnement. eiji n'a pas une once porté d'amour à une femme, seulement un peu, voire beaucoup d'affection, comme il en porte à certaines clientes du host club et en a donné à ses anciennes copines, un cœur seul mais point à prendre. orientation: son corps se réveillant en présence de celui des filles de vénus, eiji n'a jamais douté de son penchant pour cette sublime créateur qu'est la femme, bien qu'il ne lui porte d'amour, il la chérit et la cajole comme le plus précieux des bijoux, faisant de lui un hétérosexuel. occupation: vendeur de rêves, créateur de nouveaux désirs, poupée masculine dont on achète la présence, hôte dans un host club à shibuya. une véritable honte à ses premiers jours, à la signature du contrat, mais il avait besoin d'argent, terriblement. eiji devait rembourser les dettes de son défunt paternel s'il ne voulait pas y passer à son tour. puis il y a pris goût, goût aux regards désireux, goût aux nombreuses femmes requérant ardemment sa personne, goût à l'alcool dispendieux, goût au pouvoir qu'il a sur ses clientes, goût à la sensation que lui procure ce métier, aussi débauché et honteux qu'il l'est. situation monétaire: à l'host club depuis ses seize ans, les jeunes recrues le regardent presque avec envie tant il est doué dans le métier à présent. eiji est celui qui fait les plus hauts chiffres, celui qui attire le plus de ces dames fortunées en manque de tendresse, celui qui leur fait dépenser des sommes en alcool, mais aussi celui le plus accroc à cet argent et à ce liquide dispendieux, eiji vit aisément mais à quel prix. un péché mignon: l'odeur de vanille, son père lui a un jour révélé que c'était le parfum de sa mère. une peur: son ivresse est comme un cauchemar duquel il n'arrive à se réveiller, angrophobie, la peur de se mettre en colère, de rentrer dans des excès de rage qu'il n'arrive plus à contrôler, phobie qui se manifeste sous un trop plein d'alcool et qui disparaît avec ce qu'il appelle ses pilules magiques. une sucrerie: un fondant au chocolat. une boisson: le café glacé. groupe: 桃 momo.
observateuralcool mauvaismystérieuxlunatiqueintelligentfièresensuel.

eiji, il a cette aura de mystère autour de sa personne, il a ces lèvres qui ne parlent que peu et intelligemment, il a ces yeux qui ne cessent d'observer autrui et cernent chaque individu en un clin d’œil, puis il a cette bouche qui demande qu'à être embrassée et ce sourire aussi rare que parfait qui est un véritable aimant à femmes. eiji, c'est la sensualité, une douce sensualité qui lui laisse un contrôle total sur ceux succombant à ses charmes, aussi gentil que fin manipulateur, on se laisse berner par ses tendres mots, ceux qu'on désire tant entendre, par ses subtiles caresses, celles dont on ne rêve que la nuit. mais eiji c'est un être qu'on ne comprend pas, fermé sur son passé, changeant d'humeur en un instant, que l'on arrive jamais entièrement à avoir, le cœur hors d'atteinte. et il y a ce côté de sa personne que l'on ne veut absolument pas voir, quand il se noie dans l'alcool, se perd dans l'ivresse, laisse la violence et cruauté prendre le dessus. eiji, un garçon paradoxal, déboussolé. 

enfance difficile, brisée, où la vie de sa génitrice prit terme en lui donnant naissance. une disparition que son paternel ne supporta pas, le faisant rentrer dans une dépression, quittant son travail, tombant dans les jeux d'argent, se noyant dans l'alcoolisme. il finit rapidement par s'en prendre à son fils pour le décès de sa femme, le rendant responsable, le faisant culpabiliser, le battant à chaque fois de plus en plus violemment pour soulager la douleur dans son cœur. eiji, trop jeune pour riposter, encaissa les coups, laissant son frêle corps être endommagé et meurtrissant son esprit à l'innocence décampante. ❀ l'argent a rapidement commencé à manquer, et les deux mori sentirent la pauvreté les rattraper, le manque de nourriture devenant oppressant. son géniteur inapte à retrouver un job, eiji commença à travailler au début de son adolescence, enchaînant le collège et les petits jobs comme livreur de journaux, rendant des services en échange de quelques billets, tout en cachant sous ses vêtements les ecchymoses sur sa peau. déjà que ce qu'il gagnait était à peine suffisant pour les faire vivre correctement, son abruti père dépensait leur peu de finances dans des nombreux jeux à perte. si sa mère n'avait pas pensé à lui planquer dans sa chambre un peu d'argent en cas de malheur, eiji aurait bien fini par crever de faim. ❀ à ses seize ans et alors qu'il rentrait du lycée, eiji vit un mot au sol de sa porte d'entrée, avec inscrit dessus : [ ton père est mort, rembourse ses dettes si tu ne veux pas y passer à ton tour ] un véritable choque dont il ne savait s'il devait se sentir triste ou soulagé. eiji était certes débarrassé de son paternel violent, mais il était désormais seul, sans aucune famille, juste orphelin, abandonné et devant se débrouiller pour régler les immenses dettes de son père s'il ne voulait pas rejoindre ses parents. ❀ c'est un soir, errant innocemment dans le quartier shibuya, qu'eiji passa devant un de ces fameux host club et sa vie changea. possédant un visage d'une grande beauté, on lui demanda s'il était intéressé pour devenir hôte et se faire peut-être beaucoup d'argent. désespéré de gagner la moindre pièce afin de rembourser les dettes de son défunt père, eiji accepta, enchaînant ses études et son travail, alors qu'il était encore mineur et que ce genre de job était formellement interdit par la loi à son âge. ❀ les débuts en tant qu'hôte furent difficiles, eiji ne supportait pas ce boulot, se sentant utilisé de façon malsaine. ses traits parfaits n'étaient qu'un appât, à un appât à femmes riches, dépressives et en manque d'affection. il n'était qu'une poupée manié par l'argent et la pensée lui était insupportable à l'époque. mais eiji n'avait pas le choix, il devait se faire beaucoup d'argent et rapidement, alors il s'adapta à ce mode de vie et se laissa emporter dans ce monde de dépravation avec le temps. ❀ eiji commença à prendre goût à son métier d'hôte quand sa paie devint conséquente. après tout il ne faisait que procurer un peu de bonheur à ces épouses délaissées, leur racontant ce qu'elles voulaient entendre, les comblant par des mots qu'il ne pensait pas, leur faisant oublier le temps d'un instant leur quotidien étouffant avec un mari ne les aimant pas, les regardant comme si elles étaient le plus beau des saphirs. eiji devint populaire, si populaire que les clients se le disputaient, il devenait un expert en la matière, on se l'arrachait. on l'a même surnommé hebi, un serpent se faufilant dans le cœur de ces dames, les empoisonnant de son puissant venin. ❀ c'est à l'âge de vingt-ans qu'il réussit à rembourser les derniers yens des dettes de son paternel. finalement débarrassé de celles-ci après tant d'années à se réveiller tous les jours en sachant que sa misérable vie ne tenait qu'à un fil. c'est naturellement qu'eiji décida de quitter son job d'hôte, les clientes étaient dévastées mais eiji se disait qu'il méritait mieux que ça. cependant, après deux semaines à faire serveur dans un petit restaurant, il se rendit compte que ce n'était plus pour lui. eiji ne pouvait plus tolérer de faire un job de merde totalement sous-payé, des clients désagréables, un employeur rabaissant, il refusait ce genre de vie. il ne voulait pas se retrouver à nouveau galérer financièrement, il ne désirait pas se souvenir de son passé néfaste avec son père. eiji était tombé trop dedans, s'était déjà englouti dans ce milieu de dépravation. les regards emplis de désir qu'on lui portait sans cesse, l'alcool dispendieux dont il s'assouvissait amplement, le contrôle immense qu'il possédait sur ces femmes désespérées, tous les numéros sur son compte en banque, tout cet argent dont il ne pouvait plus se passer à présent. alors il retourna à l'host club, au plus grand plaisir de ces dames, au plus grand plaisir de son patron et des autres hôtes, et eiji se sentait bien là-bas, peut-être trop même. ❀ après son décès et ses dettes réglées, eiji pensait en avoir définitivement avec son père, mais celui-ci avait apparemment décidé de continuer à lui pourrir l'existence en lui refilant son foutu alcoolisme. comme bon nombre d’hôtes, eiji s'est noyé dans l'alcool, à trop boire, chaque soir, il s'est perdu. si seulement il avait pu tomber dans le côté dépressif de l'alcoolisme et non le violent et horrible duquel il s'en sortait plus ; il doit remercier son géniteur pour cela, les trop nombreux coups qu'il s'est pris se dessinent ainsi sur lui. son patron a décidé sans tarder à l'envoyer en cure de désintox pendant trois mois après qu'eiji ait agressé verbalement et physiquement trois clientes. le trop plein d'alcool le rendant horrible, eiji devient l'être qu'il haït le plus au monde dans cet état : son paternel. gestes violents, paroles détestables, regards effrayants, ses nerfs sont touchés et le rendent incontrôlables. il en vient à se détester lui-même, surtout quand il ose porter la main sur une femme, femmes, ces êtres qu'il chérit et adulte du fait qu'il n'ait jamais eu de mère et la tendresse l'accompagnant, eiji ne peut se le pardonner, jamais. ❀ depuis qu'il est revenu de sa cure, les choses vont mieux pour lui mais pas totalement, eiji est encore fragile. son patron l'a repris à l'host club sans hésitation, mais à condition qu'il avale ce qu'il appelle ses pilules magiques s'il en vient à trop boire et ne pas réussir à aller se faire vomir discrètement. les pilules magiques, des calmants, de la drogue. se détacher d'une dépendance en partant sur une autre ? eiji court à sa perte.
neo venus
( personnage inventé ) hola ici nana, admin et codeuse du fofo, 20 anos et toujours une grande et odieuse connasse. j'fais un énième perso trash mais le angst c'est la vie j'ai envie d'dire. non eiji ne sera pas bi ça sert à rien de forcer marine et clem bsx. sinon le rap et hip hop coréen c'est mon gaga, bref osef de ma vie.
( feat. jung jaewon )




midnight.

Revenir en haut Aller en bas


 (red sun) | Dim 30 Juil - 9:31

lost paradise
( this is just about u)
Let me be dark
What’s the use of forcing myself to be bright?
Just one candle
That can’t be a light for me
I took a breath and met eyes with you
I keep opening my eyes hard
Don’t make conclusions
My emotions are never something you can buy and sell
The moment a fire lights my candle, my heart
I’ll hypnotize you
I want you to get away from me
Going crazy




midnight.

Revenir en haut Aller en bas


 (red sun) | Dim 30 Juil - 12:36

eiji le gay refoulé a écrit:
non eiji ne sera pas bi ça sert à rien de forcer marine et clem bsx.

déjà de un, j'ai pas forcé
de deux, je comptais pas forcer
de trois, je veux pas de toi



Revenir en haut Aller en bas


 (red sun) | Dim 30 Juil - 13:17

Matsuda Kuro a écrit:
eiji le gay refoulé a écrit:
non eiji ne sera pas bi ça sert à rien de forcer marine et clem bsx.

déjà de un, j'ai pas forcé
de deux, je comptais pas forcer
de trois, je veux pas de toi


nn mais d'où il suce pas
gimme mori(e)
gimme more comme britney

eijigolo
y'a quoi

pfffffffff
choquée et déçue
de votre hétérosexualité





Revenir en haut Aller en bas


 (red sun) | Jeu 31 Aoû - 19:15

:judge: :amer: :nope: :shocked: :owshit:





JTM BB D'AMOUR DE MON COEUR
VOILA
VOILA
TOUT MON AMOUR SUR TA BELLE FICHE
ET ON EN PARLE DE CETTE PERFECTION
GENRE
WOT
MAIS ONE
TOI
C BEAU
JE FEEL
JE PLEURE




PUIS JE DNJZEHFBEZHFZERHF
FEEL
GENRE

JE ME
Y A MON NOM JE ME SENS HYP

Revenir en haut Aller en bas


 (red sun) | Jeu 31 Aoû - 21:17

Matsuda Kuro a écrit:

déjà de un, j'ai pas forcé
de deux, je comptais pas forcer
de trois, je veux pas de toi

pourquoi tu mens comme ça

@Ikeda Nao a écrit:

eijigolo
y'a quoi


@Ikeda Nao a écrit:

pfffffffff
choquée et déçue
de votre hétérosexualité
j'le savais

Inoue Sakura a écrit:

JTM BB D'AMOUR DE MON COEUR
VOILA
VOILA
TOUT MON AMOUR SUR TA BELLE FICHE
ET ON EN PARLE DE CETTE PERFECTION
GENRE
WOT
MAIS ONE
TOI
C BEAU
JE FEEL
JE PLEURE




PUIS JE DNJZEHFBEZHFZERHF
FEEL
GENRE

JE ME
Y A MON NOM JE ME SENS HYP
CETTE AVALANCHE DE GIFS A SU CONQUÉRIR MON CŒUR
JTM
FAUT QU'ON PARLE LIEN BB
(ET OUI Y A TON GIF TU CROIS QUOI )




midnight.

Revenir en haut Aller en bas


 (red sun) | Jeu 31 Aoû - 22:02

je mens pas
t ki déjà


Revenir en haut Aller en bas


 (red sun) | Ven 1 Sep - 0:17

Matsuda Kuro a écrit:
je mens pas
t ki déjà
ton père
t'as oublié????



midnight.

Revenir en haut Aller en bas


 (red sun) | Ven 1 Sep - 0:21

bon
bon
bon
j'peux tomber amoureuse du perso ??
tu m'as déjà enlevé ma perruque perso c'est que ça commence bien
bises

Revenir en haut Aller en bas


 (red sun) | Ven 1 Sep - 0:25

jem que le seul perso sympa que tu fais
jvais le rekt

love sur toi
g fini ma fiche avant toi





❝ if these walls could talk ❞
Revenir en haut Aller en bas


 (red sun) | Sam 2 Sep - 22:57

FICHE TERMINÉE

Ji Suhim a écrit:
bon
bon
bon
j'peux tomber amoureuse du perso ??
tu m'as déjà enlevé ma perruque perso c'est que ça commence bien
bises
trop d'amour

@Tanaka Emiko a écrit:
jem que le seul perso sympa que tu fais
jvais le rekt

love sur toi
g fini ma fiche avant toi

t'inquiète emi va y passer aussi
plus de love sur toi
et chut je sais oké




midnight.

Revenir en haut Aller en bas


 (red sun) |



Revenir en haut Aller en bas
 
(red sun)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: