fermeture
blossoming youth, a fermé ses portes, merci pour votre activité ! ♡

blossoming youth :: make friends
 
 (strangers)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


 (strangers) | Mer 11 Oct - 14:28

hino daichi

(情報) allergique à toute forme de surnom. (情報) vingt-trois ans. (情報) né à tokyo, au japon. (情報) japonais, coréen. (情報) le cœur engourdi. (情報) hétérosexuel. (情報) tatoueur. (情報) issu d'une famille modeste, sa profession lui apporte aujourd'hui un confort non négligeable. (情報) meguro, avec son père.

(人格) désabusé, trop tôt confronté aux déceptions et à la douleur, d’abord sans comprendre jusqu’à devenir trop conscient, trop réaliste de ce monde dans lequel il persiste à vivre, fataliste. daichi rêve encore mais tout juste, des rêves à portée de main, des rêves sans ambition, loin de cet optimisme qu’on lui inflige et dont il rit sans gêne ni honte. il garde au fond de lui cet infime espoir que le bonheur existe ; pas pour lui mais pour les autres. ces quelques personnes qui l’entourent, qu’il choisit puis repousse incessamment, qu’il aime en silence, trop maladroit avec les mots, parfois avec les gestes, familier avec cette seule relation qu’il connait avec l’indépendance et la solitude. une solitude voulue, détaché de ses relations qu’il considère comme éphémère, comme sa mère. alors il n’offre que peu de loyauté, par crainte de s’attacher et d’être brisé. des liens qu’il jalouse, qu’il envie la mâchoire serrée, qu’il désire sans se l’accorder.
(逸話) le fléau de la famille monoparentale, malédiction commune dont ne furent épargnés le père et le fils hino. il n’a que six ans lorsque daichi découvre sa mère sur le pallier de leur appartement, valise à la main, son père agenouillé et mains jointes devant elle à la supplier de rester, le visage ravagé par les larmes. elle le quitte et leur enfant avec lui, désormais amoureuse de cet autre homme qui l’arracha à sa famille et lui en offrit une nouvelle, évinçant la première devenue le souvenir de deux hommes ayant un jour partagé sa vie. (逸話) daichi ne parle jamais d’elle ni de son départ, moins encore de la peine qu’il lui a causé. lorsqu’il est question de sa famille, il n’y a que son père et lui, lui et son père, sans aucune trace de présence féminine au sein de leur foyer. ce père dans la réparation informatique aux revenus modestes, égaré en plein déni et aujourd’hui encore persuadé qu’un jour son épouse lui reviendra. cet homme meurtri, le cœur brisé, qui pourtant jamais ne perdit le sourire pour son fils. cet homme fantasque passionné par les étoiles, père aimant aux sacrifices constants, là encore pour celui qui hérita de son sang. symbole de force et de douceur, d’une sensibilité sans égale, véritable modèle en qui daichi plaça son admiration tout entière. sa mère, l’abandon, la rancœur, à ses yeux n’est plus ; une conclusion plus facile à admettre que celle où, lui aussi, attend le retour de cette femme autrefois tant adorée. (逸話) ses excès de violence ne sont plus un secret pour personne, que cela soit à l’école à une certaine époque, dans son quartier aujourd’hui encore, ou même au salon de tatouage où il se doit pourtant d’être irréprochable. pendant un temps, ce sont les combats clandestins qui devinrent une sorte d’échappatoire, libérateurs d’une frustration perpétuelle, de sa colère dévastatrice, son traumatisme intact, sans jamais le sauver de ses craintes les plus profondes : l’abandon et l’oubli. les coups, bien que toujours présents, se sont faits un brin plus rares. les cauchemars, eux, persistent à hanter ses nuits. (逸話) élève médiocre à l’ambition moindre, c’est sans rêve ni diplôme que daichi a quitté les bancs de l’école à l’âge de dix-sept ans, déchet social qui pendant des années erra de petits boulots aussi minables que douteux. un temps livreur de pizza, agent d’entretien puis de sécurité, jusqu’à passer par les combats clandestins (dont il a gardé en souvenir de nombreuses cicatrices) puis plus tard un arrêt conséquent à la case d’hôte dans un host club (qu’il abandonna par fierté malgré un gain parfois appréciable), il doit sa récente reconversion dans le tatouage au hasard plus qu’à l’épiphanie, ainsi qu’à un excellent coup de crayon longtemps gâché, maigre compensation de son manque de patience flagrant. toutefois, cette profession est jusqu’à présent sa meilleure thérapie. (逸話) on ne lui connaît que peu d’amis, rares rescapés de son tempérament abusif. difficile depuis l’enfance, que cela soit par son silence, sa méchanceté gratuite, son manque de loyauté, son agressivité voire sa violence, daichi s’acharne jusqu’à baisser les armes, sans forcément s’ouvrir. s’il s’adoucit et remplit presque volontiers les véritables fonctions rattachées à la position d’ami, peu dans ce cercle infime qu’est son entourage peut affirmer le connaître, et surtout pas le mal-être et la détresse laissés par le départ de sa mère qu’il cache derrière quelques sourires rassurants ou des paroles acerbes, traîtresses de son orgueil ; faire mal pour faire diversion. (逸話) le corps en fonction, le cœur tout juste battant, il entretient avec la gent féminine des relations fragiles, quand il est question de relation tout court. admirateur de leurs courbes, prédateur et proie à leur chair, il lui arrive du marquer son territoire, ce semblant de fidélité de par ses visites répétées et constantes sans autre présence féminine entre ses draps. un air d’exclusivité dans laquelle il ne s’investit jamais, une exclusivité accidentelle et, pour lui, sans intérêt. si certaines arrivent tout juste à exister, elles ne sont jamais destinées à rester ou à être aimées.

prénom's searches

(F/M | TYPE DE LIEN) une petite et simple description du lien que tu recherches pour ton personnage.

(F/M | TYPE DE LIEN) une petite et simple description du lien que tu recherches pour ton personnage.

(F/M | TYPE DE LIEN) une petite et simple description du lien que tu recherches pour ton personnage.


Revenir en haut Aller en bas


 (strangers) | Mer 11 Oct - 14:28

gurls and boïz
( prénom's relationship )
( nom du lien ft. avatar ) rédige ici le lien numéro 1 entre les deux personnages.
( nom du lien ft. avatar ) rédige ici le lien numéro 2 entre les deux personnages.
( nom du lien ft. avatar ) rédige ici le lien numéro 3 entre les deux personnages.
( nom du lien ft. avatar ) rédige ici le lien numéro 4 entre les deux personnages.
( nom du lien ft. avatar ) rédige ici le lien numéro 5 entre les deux personnages.
( nom du lien ft. avatar ) rédige ici le lien numéro 6 entre les deux personnages.
( nom du lien ft. avatar ) rédige ici le lien numéro 7 entre les deux personnages.
( nom du lien ft. avatar ) rédige ici le lien numéro 8 entre les deux personnages.


Revenir en haut Aller en bas


 (strangers) | Mer 11 Oct - 15:06

moi je veux

Revenir en haut Aller en bas


 (strangers) | Jeu 12 Oct - 12:09


des idées, des envies, de la beauté ?


Revenir en haut Aller en bas


 (strangers) | Jeu 12 Oct - 18:22

la beauté, c'est nous
j'ai parcouru ta fiche, et j'ai vu que daichi et niji avaient en commun cette douleur vis-a-vis de leur famille (le départ de la mère de daichi, les parents de niji qui ne s'occupent pas d'elle) et qu'ils l'exprime différemment, daichi dans la violence et niji en inspirant la pitié. je me suis dit que maybe, ils peuvent se soutenir, sans obligatoirement se confier ni expliquer ce qui va pas (jesaispassijesuisclaire), ils se comprennent juste par un simple regard.
maintenant je sais pas comment ils en seraient venus à cette relation là mdrrrr
peut-être que niji aurait pu débarquer un soir dans le salon de tatouage de daichi, réclamer un tatouage mais comme elle aura bu, il peut pas lui faire si elle est sous l'emprise de l'alcool (logiquement), et puis là elle déballe toute sa vie en se plaignant et en éclatant en sanglots *dies*

où on peut partir sur une amitié d'enfance, ils ont tout les deux grandi à tokyo, ils auraient pu être voisins, ou s'être rencontré à l'école élémentaire, et du coup se soutenir depuis qu'ils sont gamins

Revenir en haut Aller en bas


 (strangers) | Jeu 12 Oct - 19:35


je peux ?


Revenir en haut Aller en bas


 (strangers) | Sam 14 Oct - 11:37

@miyazaki niji j'aime les deux idées mais en vrai, si niji débarquait complètement déchirée au salon, il se ferait un plaisir de la tatouer avec un vieux motif bien dégueulasse rien que pour la voir regretter le lendemain daichi pas connaître l'étique
une amitié qui remonte à l'enfance ça me plaît bien, surtout si on veut partir sur quelque chose où tous les deux ont une sorte de connexion et se comprennent réellement, car ils sauraient ce que l'autre a vécu. en étant voisins, niji, bien que toute petite, aurait pu être témoin du départ de la mère de daichi ainsi que de l'impact que cela aurait eu sur le père et le fils hino, le père qui semble limite planer tant il fait bonne figure et s'entête à penser que sa femme reviendra, hyper optimiste, et daichi qui cogne déjà les autres enfants du quartier. de son côté, daichi aurait pu entendre ses voisins se gueuler dessus, assister à leurs comportements incohérents et dangereux sous les effets de la drogue et, à cette époque où il était encore petit, tout mignon et gentil, il aurait voulu protéger niji. je l'imagine bien sortir en douce la nuit pour frapper à sa fenêtre et la traîner de force chez lui pour qu'elle puisse s'éloigner de tout ça le temps de quelques heures et dormir. je pense aussi qu'il l'aurait plus écoutée qu'il ne se serait confié lui-même à elle, mais sur la durée, en grandissant et en s'attachant à elle, daichi aurait fini par s'ouvrir aussi sur ce qu'il ressent et le mal-être suite à l'absence de sa mère. une sorte de relation fraternelle à leur façon?


@fujii kiba installe-toi mon enfant 


Revenir en haut Aller en bas


 (strangers) |



Revenir en haut Aller en bas
 
(strangers)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» Pirates des caraibes 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: