fermeture
blossoming youth, a fermé ses portes, merci pour votre activité ! ♡

blossoming youth :: fiches de présentation
 
 I need direction to Perfection (Mia)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


 I need direction to Perfection (Mia) | Dim 24 Sep - 4:21

himiko Mia
( crzy )
nom, prénom: Himiko. Nom de base. Nom sans attaches, sans racines. Nom qui n'apporte rien, qui ne dit rien. Mia, prénom simple. Prénom au goût soleil. Trois lettres plaisir, une syllabe désir.naissance, âge: Un douze février, voilà maintenant 24 années. Quelque part dans les rues de Paris, Moscou ou Milan. Une soirée d'hiver, pas si moche qu'on aurait pût le croire. Il paraît que dehors, le soleil avait réussit à transpercer les nuages. que le ciel rougeoyait plongé dans la nouvelle aube nuancé de bleu, bleu intense, bleu joyau, bleu camaïeux. origines: Japonaise, mais elle se plaît à croire qu'elle a quelques parents d'origine américaine. signe: Verseau, naïade sauvage au coeur volage.statut civil: Personne. Juste le souvenir embrumé d'un homme dans des temps reculés. Un homme au regard doux et aux lèvres ambroisies. Aujourd'hui il n'y a que mia; mia et ses mains avides et son regard brouillard. orientation: Amour de la chaire et plaisir charnel, la passion débridée qui ne s'encombre d'aucun carcan prédéterminer. occupation: Etudiante en informatique et influenceuse des réseaux sociaux, on noie l'intelligence sous des litres de superficialités. Logique et mensonge. Mensonge et décadence. Elle se limite à peu de chose Mia, il suffit juste d'un peu de culot. situation monétaire: Enfant dorée de la capitale, des billets verts à ne plus savoir qu'en faire. Mia, elle a apprit à réfléchir en dollar avant de comprendre la valeur des yens. un péché mignon: Les macarons français, pour leurs douceurs acidulé et cette éternelle incarnation de la frivolité. une peur: Mia, c'est la peur de finir seule, de ne pas finir seule. Peur de louper sa vie et peur de s'enfermer dans la routine aussi. Peur qu'on la mette en cage, qu'on l'apprivoise, qu'on l'attache pour lui dire d'changer. Peur qu'on lui dise qu'elle doit grandir. une sucrerie: Peau contre peau, lèvre contre lèvre, de son visage qui s'ajuste au tien, comme un chat arrondit son dos pour cueillir la caresse de son maitre. une boisson: Whisky, pour sa brûlure, pour son ivresse, pour sa claque sèche. groupe: Momo.
Indépendante RancunièreBosseuseOpportunisteCréativeExcessive.

Mia. Elle a une masse de cheveux colorés et ondulés, les chutes du niagara péniblement retenus dans un épais chignon fouillis dont le maintient ne dépend que de la clémence des cieux. Mia, elle sourit souvent, toujours. Ses lèvres sont des églantines épanouies, roses et câlines. Des bouts du monde qui aime à jouer avec la douceur des mots, en arrondir les angles jusqu'à ce qu'ils fondent sur la langue. Une jeune femme  à la simplicité juvénile, au rire facile et au verbe accessible. Le genre d'amante que l'on pourrait connaitre du bout des doigts jusqu'à la pointe des cils, avec son côté mordant, avec son savant croquant. On pourrait, sans jamais réellement y parvenir. Sans jamais faire autrement que d'en effleurer la surface de la pulpe de ses doigts. Parce que sur son visage, il y a des pupilles qui vacillent, des regards perclus de trop de fatigue et des ombres chimériques aux allures chagrines. Après, en fonction de votre caractère, elle réagira différemment – elle est assez malléable de ce côté là. Si vous avez besoin d'une amie, elle sera compréhensive, si c'est de réconfort, elle sera douce, si c'est d'excitation, elle sera allumeuse.

Mais Mia, elle est changeante, elle est charmante. Une véritable garce, comme on n'en faisait plus depuis longtemps. Pas de celles qui s'amusaient à simplement voler les copains des autres, mentir pour ses propres objectifs, ou s'acharner sur les petites proies bien trop simples, oh non. Mia est d'une classe de salope bien supérieure. Les vraies, les pures et dures comme elle disait. Celles qui réussissaient toujours par vous surprendre par leur imagination débordante dès qu'il s'agissait de sarcasmes ou d'humiliations. Et ca, c'était franchement jouissif. Mia, la garce qui méprise son prochain et l'abaisse au rang de sous merde. Elle se fait une joie de vous faire chanter pour n'importe quoi, pourvu que cela l'amuse. Vos petites cachotteries, elle les exposera au grand jour quand cela ne la fera plus rire, évidemment sous un jour peu reluisant pour un peu que vous la regardiez de travers. Cynique au possible et sarcastique comme ce n'est pas permis, elle vous pervertirait une bonne sœur pour un peu que cela lui arrache un sourire moqueur.

Mia, elle souffre peut être. Elle est instable affectivement, et il lui est, paradoxalement et en dépit de tout les symptômes énoncés ci-haut, impossible d'entretenir des relations saines et surtout durables dans la continuité. En somme, Mia, c'est une fille bien. Elle vous considère seulement comme son chien.

Mia, c'est l'enfant terrible qu'on a inscrite dans les meilleures écoles privées sans jamais qu'elle ne prenne la peine d'y mettre les pieds. Mia, on l'a rapidement envoyée étudier à l'étranger dans l'espoir de la raisonner. ❀ Mia, c'est l'enfant oisive à qui tout semble trop facile, trop vite. Indécemment accessible en dépit de son manque d'initiative. Petit génie des bancs scolaires que l'ennuie gangrénait.  ❀ Le hacking informatique, c'est venu après, alors qu'elle végétait dans l'appartement d'un pote new yorkais. Quelque chose de simple qui pourtant se réinventait, se complexifiait. Un attrait pour l'interdit qui se rehaussait du goût du défi. ❀ Mia, elle avait un meilleur ami, un gamin un peu paumé, un peu comme elle, vieux frère qu'elle l'appelait. Un gamin qu'elle avait dans la peau, qu'elle avait dans le sang. Vieux frère qu'elle aime. Vieux frère qu'elle déteste. ❀ Son exil a New York, bien que favorable à son retour sur les bancs de l'école, n'aura été qu'un long fleuve tumultueux de découverte toute à fait discutable. Mais ça bien sûr, on ne le dit pas. Alors sourit Mia, et tais toi.  ❀ Enfant, elle a un jour été oubliée par ses parents dans leur résidence d'été. Il leur aura fallut deux jours pour réaliser que leur chaire tête blonde n'était pas à la maison. ❀ Mia, c'est la sportive à la façade parfait. Le matin pour le footing, le mercredi et le samedi pour la boxe française et le dimanche pour le pilates.  
nox
( personnage inventé) Bordelaise par adoption, cruche des présentations et handicapée des monologues. Le discours est court, mais je vous bise la fesse droite quand même.
( feat. kim Chung Ha )


Revenir en haut Aller en bas


 I need direction to Perfection (Mia) | Dim 24 Sep - 4:22

Peu importe ton nom. S'il y a la passion
(Partying hard on a slytherin night )
Blues
Baudelaire l'appelait le spleen.
Ma grand-mère l'appelait cafard.
Et moi je l'appelle pas.
Il sait venir tout seul.

Good Natured Child

Tu es née un douze février aux premières heures du levant, dans une petite clinique de Milan en ce charmant pays qu'est l'Italie, avec trois petits jours de retard par rapport à ce qui était prévu par le gynécologue de ta tendre mère, une femme de haute naissance, à n'en pas douter. Passionnant n'est-ce pas? Mais de là à imaginer que la date, l'heure, le lieu où encore le lait par lequel tu avais été nourrit ou tout autre bêtise du genre... aurait put définir celle que tu allais devenir.

Tu es née. Six ans durant tu as vécu dans la métropole, véritable princesse de la grande capitale, enfant extravertie, souriante, sociable. Patriote surement, une jeune fille pleine d'avenir, assurément.

Papa, Maman et Mia vivent donc le rêve contemporain à travers les ruelles de la ville mondaine. Bien mal vous en prie, tu te surprends parfois à rêver ce qu'aurait été ta vie si vous aviez continué à vivre hors des sphères du pouvoir, famille fortunée à la banalité excessive mais sincère, unie. Maman se heurte au rythme effréné de la vie palpitante d'une femme active. Papa exerce un métier de finance, métier en perpétuelle expansion, président d'une multinationale, homme de bien, reflet même du mot respect. Toi, tu as six ans. Et ton enfer commence à présent.

Les relations entre voisins sont bien importantes dans notre société. Ça, Mr Kabane, Baron, le sait. Un homme avisé. Il sait aussi que pour son cher fils, il est important de se frotter aux relations sociales. C'est ainsi que toi, fraîchement arrivée à Kyoto te vois conviée à un événement de la plus haute importance. L'anniversaire du jeune Harui no Kabane. Quelle bonne idée. Après tout, vous avez le même âge. Et tu ne seras point seule, car furent conviés une bonne partie des gamins de la petite crèche « Les Sapins ». Et pourtant, sur la trentaine d'enfants, il a fallu que ce soit toi. Il a fallu que ce soit toi qui commette ce si grave péché. Vil malfrate, pendarde. Mia, à peine arrivée sur ce sol, tu t'attires les foudres du pouvoir. Tu as osé subtiliser le dernier Petit Écolier de Lu. Celui-là même que convoitait le seigneur des lieux, le jeune et redouté Harui.

Un biscuit et voilà la guerre allumée.

On vous séparera vite, mais les adultes resteront attendris par cette petite querelle qu'ils jugent « adorable » pour des enfants de votre âge. Quelle grossière erreur. L'étincelle de colère allumée ce jour là ne s'éteindra pas de sitôt. Il brûle encore le brasier de la haine, il brûle tout.

Le conflit enflera chaque jour, s'envenimera. On s'étonne de te voir, toi, l'enfant calme, adorable avec tout le monde, te jeter sur l'autre avec rage. Mais après tout, à cet âge là, ça paraît bien normal. Vous passez de longues heures au coin à « méditer sur vos actes », ou, plus vraisemblablement, à chercher le moyen de faire manger une poignée de vers à l'autre quand sera venue l'heure de la récréation. On ne soupçonne pas combien les enfants peuvent être cruels entre eux. On prend ça pour une adorable rivalité, mais il n'y a pas d'enjeux, pas de gamine à couettes à séduire, pas d'adulte à épater. Rien. Il n'y a que cette éternelle querelle, un cercle vicieux où règne la vengeance, où les intérêts personnels sont rois, où d'innocents tiers peuvent se trouver impliqués.
Ne sous-estimez jamais un enfant.
Jamais.
We are young
Mais ta vie entière ne tourne pas autour de son altesse, seigneur des enfoiré. Tu as encore ta petite vie, une vie de princesse où rien ni personne n'osaient t'interrompre. Le lien que tu entretenais avec tes parents s'étiolera avec le temps. Maman est excédée par l'absentéisme de ton père, par sa constante approbation pour la moindre de tes actions, par toi.
C'est une femme au fort caractère, ta mère.
Une pure japonaise.

Papa, lui, semble plutôt maladroit dans cette nouvelle situation. Un peu effacé, un peu trop "homme d'affaire surbooké". On lui reproche ses absences, de ne plus se soucier de ce navire en plein naufrage. L'amour qui unissait les deux adultes se fissura lentement, et la demande de divorce arrivera vers l'année de tes quatorze ans. On aurait pu s'attendre à ce que tu sois dès lors trimbalé entre tes deux géniteurs, mais maman décidera d'accomplir son rêve de toujours et s'envolera sans plus attendre vers le Rwanda avec une association humanitaire. Et souris Mia, maman défend la veuve et l'orphelin dans le fin fond du continent africain. Tiens, continus donc à t'instruire, devient une jeune héritière parfaite, ton possible fiancé te fera oublier que je ne suis plus là pour toi. Mais vivre dans la conformité des bonnes moeurs ne semble pas le moins du monde intéressant, et ta mère tu la vois plus rarement, seulement quand elle rentre au pays, bronzée et épanouie.

Tu as douze ans quand ton père te présente sa nouvelle conquête. Tu as douze ans et, en voyant ton père rougissant comme un adolescent, tu te dis que ce doit être une très belle femme. Tu as douze ans quand tu vois cette personne entrer dans la cuisine où tu t'attelais à tes exercices de japonais. Tu as douze ans, tu sais reconnaître un homme d'une femme, et ce que tu vois là semble être un homme.

Mais tu es tolérante après tout. L'école multiplie depuis deux ans les interventions, cours d'éducation civique où l'on vous répète que les homosexuels ne sont en rien différents des autres, que les préférences des gens ne sont pas un critère permettant de juger leur valeur. Non. De plus, ce type est un type bien. Un type gentil, vous discutez longuement et tu n'arrive pas à éprouver la moindre antipathie à son égard. Ton père semble si heureux, et, bien que tu sois quelque peu gênée par la situation, tu te sens déjà assez coupable de lui imposer cette vie de célibat pour lui refuser son bonheur.

Hiro, après presque une année d'hésitations, finit par s'installer chez vous. Sans doute dans sa grande gentillesse avait-il peur de te gêner. Mais tu étais plutôt heureuse de voir la maison s'animer de nouveau, redevenir un foyer. Mais, comme à son habitude, il fallut qu'Il s'en mêle. Était-ce les ragots ? Sa position de voisin ? Le fait que Hiro travaillait sur une campagne de l'entreprise de Mr de Kabane père ? Tu n'en sauras jamais rien, mais Harui fut vite au courant.

Si ce n'avait point été ton père, il n'aurait sans aucun doute jamais osé insulter ce couple. Si un adulte responsable s'était tenu dans les parages, il n'aurait sans doute jamais proféré de telles paroles... Mais un mercredi après-midi, prenant pour faux prétexte un exposé à faire, il s'invita en ta demeure. Après quelques commentaires désobligeants sur la décoration qualifiée de miteuse et kitsch, après quelques rappels sur la prestigieuse lignée de sa famille, sur la taille de son manoir, il attaqua.

En bon hôte, tu préparais un thé. Tu feignais de n'être point atteinte pas les insultes. Tant qu'elles restaient cantonnées à la maison. Elles dérivèrent sur les habitants. Ça ne rata pas, tu avais beau être calme et courtoise face au reste du monde, cela t'étais impossible quand ton interlocuteur s'appelait Harui Kabane. Perdant ton calme, tu envoyas avec rage la théière tout juste remplie d'eau bouillante à la figure de cet importun. Tu refusa d'apporter les premiers soins au brûlé, ressentant un certain plaisir sadique à l'idée que le brun serait sans doute défiguré à vie.

BUT HE’S COMING FOR YOU

Le grand brûlé trouva l'occasion de se venger plusieurs mois plus tard. Hiro devait faire un court voyage d'affaire, ton père le suivit, profitant de ce prétexte pour ajouter deux jours de repos sur place. Un simple voyage entre amoureux. Tu avais depuis longtemps appris à te passer de la garde paternelle, mais l'on ne voulait pas te laisser seule. Tu avais demandé à tes rares amis, mais aucun n'était disposé à t'accueillir, il fallait dire que tu n'avais que peu d'amis, des connaissances tout au plus, ils craignaient sans doute trop de s'attirer les foudres du caïd du coin pour s'approcher de toi plus que nécessaire.

Tu désespérais de ne trouver personne et allais te résoudre à aller chez tes grands parents malgré le fait que vous soyez en période scolaire, quand ton père t'annonça avec un grand sourire qu'il avait trouvé la solution au problème. La solution parfaite.

Car vos illustres voisins étaient prêts à t'accueillir pour ces quelques jours. On espérait même que tu pourrais enfin régler le léger différent que tu avais avec Harui. Ces adultes cultivent l'euphémisme. Tu savais parfaitement qu'il était vain de tenter une quelconque réconciliation, car Harui te haïssait encore plus depuis que tu avais abîmé son charmant minois, lui qui commençait tout juste à être populaire auprès de la gent féminine.

Mais tu n'avais pas réellement le choix. À contrecœur tu te rendis au manoir, excellents acteurs, vous mimèrent une entente cordiale devant les maîtres de maison, le séjour semblait se dérouler parfaitement. Même si tu étais forte mal à l'aise, on ne manquait évidemment pas de te rappeler ton statut de nouvelle riche, en parlant de la précarité de votre position , en te présentant des grands noms du sang bleus japonais, en servant aux repas des mets plus exotiques les uns que les autres. Mais tu jouais le jeu, tout en comptant mentalement le temps qu'il te restait avant de retourner chez toi.

Mais un soir, tu ne put retrouver les vêtements que tu avais laissée sur le bord du lavabo, tout ce qui avait trait à une pièce de tissu avait miraculeusement disparu. Il ne te fallut pas longtemps pour deviner l'identité du coupable, mais à peine avais-tu franchi le seuil de la porte dans l'espoir d'interpeller un quelconque domestique que tu découvris ta chambre remplit. Douze paires de regards bovins balayaient ta peau humide alors que les flashs des appareils crépitaient dans la pièce. A peine en avais-tu référé à ce cher James qu'il te fit comprendre que si tu osais l'accuser publiquement, personne ne te croirait. Il avait raison, tu le savais bien. Tu aurais pu insister, te plaindre. Mais cette petite farce semblait être un des défis qu'il était habitué à te lancer. Le premier qui cédait perdait. Ta fierté mal placée t'interdisait de laisser tomber. Un bien mauvais choix, car c'est toi qui tomba, les photos circulèrent jusqu'à ce que ton père, excédé par ton décrochage scolaire et les racontars, t'expédie sur le sol américain... Et tu ne l'en haïs que d'avantage.


PRIDE AND PREJUDICE

La haine ne fait qu'engendrer la haine, vos vengeances montaient graduellement et c'était ton tour de jouer. Coup après coup, vous deveniez plus exécrables, mais tu fut la première à utiliser un pion pour parvenir à tes fins.

Ton séjour t'avais peut-être conduite loin du pays du soleil levant, mais tu avais eu le temps de faire la connaissance de le jeune Nana, tu avais eu le temps de voir combien son frère était attaché à elle. Handicapée, tu t'étais bien sentie quelque peu compatissante, mais, les yeux voilés par la rage, tu ne tenais plus compte de ce futile détail. Ta haine franchit un nouveau palier, tu impliqua un tiers innocent.

Tu savais combien Nana s'ennuyait, vissée à son fauteuil roulant, malgré les soins de son frère. C'est avec le masque de la bienveillance que tu lui proposa d'aller faire un tour. La journée était caniculaire, elle se montra d'abord réticente, avant d'accepter. La balade fut agréable, vous parliez de tout et de rien, sympathique chevalier servant, tu l'assis sur un banc public dans un parc désert à cause de la chaleur de ce jour. Tu partis chercher une boisson, fis mine de te soucier de ses rougeurs naissantes. Mais tu ne revins pas. Abandonnant la fragile enfant à son sort, tu t’éloigna de là, rentrant chez toi l’air de rien. Plus tard dans la soirée, tu le vois, marchant de long en large dans la rue, l'air d'avoir perdu quelque chose. Toi, en sécurité du haut de la fenêtre, tu l’interpelles, l’appelles Haru', usant du surnom utilisé par Nana. Dans ta tour d’ivoire, tu te délectes de voir l’inquiétude grandir, de voir ses traits se figer quand il comprend. Tu perçois des insultes, des cris. Mais tu as déjà fermé la fenêtre.

La jeune demoiselle fut vraisemblablement hospitalisée, elle aussi. Une grosse insolation, rien de plus. Mais tu appliques la loi du Talion, œil pour œil, dent pour dent. Tu ne l’a pas revue depuis, sans doute son frère lui a-t-il interdit de te revoir, d’ailleurs, il n’est même pas sûr qu’elle ait pu en avoir envie. Après tout, pour te venger de ton propre envoi entre les murs bleu ciel, tu n’as pas hésité à mettre en danger la vie de la personne qui compte le plus pour lui. Malgré ce que tu voudrais croire, tu es bien pire que lui. Il ose au moins t’attaquer directement, il ne se cache pas, n’utilise pas de pions pour atteindre son but. Mais après tout, c’est au premier qui mettra l’autre échec et mat, tu ne recules devant rien, malgré tes adorables sourires.


Revenir en haut Aller en bas


 I need direction to Perfection (Mia) | Dim 24 Sep - 16:44

bienvenuue




nyctophilia

Revenir en haut Aller en bas


 I need direction to Perfection (Mia) | Dim 24 Sep - 18:40

La jolie chungha
bienvenue parmi nous !! et si t'as la moindre question, hésite pas à contacter le staff !!


Revenir en haut Aller en bas


 I need direction to Perfection (Mia) | Lun 25 Sep - 2:18

ah bon si tu bises la fesse droite, tout va bien alors.
bienvenue et bonne chance pour ta fiche babe !

Revenir en haut Aller en bas


 I need direction to Perfection (Mia) | Lun 25 Sep - 11:44

Bienvenue et bon courage pour ta fiche :3 !



Despite everything, falling in love with you.
   I'm sorry for being violent, emotional, needy, anoying, stressful, weid, withdrawn, distant, imperfect, strange, unlovable, useless, worthless, lonely, depressed, sad, helpeless, broken, lost cause, defeated.
Revenir en haut Aller en bas


 I need direction to Perfection (Mia) | Lun 25 Sep - 16:11

queen chungha j'approuve tellement
bienvenue sur by ma belle, sens-toi comme chez toi ici hein
en tous cas j'adore mia
si t'as besoin de quoique ce soit n'hésite pas à me mp!!




midnight.

Revenir en haut Aller en bas


 I need direction to Perfection (Mia) | Mar 26 Sep - 16:24


que de beauté

bienvenue par ici
et n'hésite pas si besoin

chungha la beauté
et ce que tu en fais





☆★ i'll give you my
everything babe ☆★
Revenir en haut Aller en bas


 I need direction to Perfection (Mia) | Dim 1 Oct - 13:15

Bienvenuuuue



    je suis un éternel inadapté
    Ce sentiment me suit depuis toujours Mais m’accompagnera-t-il jusqu’à jamais Suis-je condamné à rester à la bourre Tout au fond du train jusqu’au dernier arrêt Je suis un éternel inadapté Je ne sais pas comment me comporter Comment bien présenter en société Je je je... arrrghuighczezefe ! + ms.palmer
Revenir en haut Aller en bas


 I need direction to Perfection (Mia) | Lun 2 Oct - 17:52

hello
cela fait une semaine que ta fiche a été postée, y'a-t-il besoin d'un délai ?
(ou si ta fiche est terminée, n'oublie pas de nous prévenir ici )

Revenir en haut Aller en bas


 I need direction to Perfection (Mia) | Mar 3 Oct - 22:09

plus de connexion depuis plus d'une semaine, ta fiche est archivée + ton compte supprimé

Revenir en haut Aller en bas


 I need direction to Perfection (Mia) |



Revenir en haut Aller en bas
 
I need direction to Perfection (Mia)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» Est-il possible de changer icône de direction ???
» 2597 LM et Real direction
» Oregon 450 et alarme de changement de direction
» Etrex 30 pas de tonalité de changement de direction
» suivi de direction

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: